Le monde d’après : l’arc-en-ciel



Cette semaine j’ai coupé l’extérieur, n’autorisant à rentrer que ce qui illuminait mon quotidien. Je me suis concentrée sur mon moi intérieur et j’ai coupé tous les soucis anxiogène de la semaine dernière. Plus d’info, des réseaux sociaux au minimum.
Allongée sur mon tapis de yoga, le son d’une playlist de bruit d’eau en arrière plan, je prends le temps de respirer. Et comme pour accompagner le son, un vent humide et frais se lève, la fenêtre ouverte je profite des sensations qui vont avec le bruit, comme une échappé dans la nature momentanée.
J’ai pris le temps, et j’ai relu ce livre : Comment devenir une cosmic girl, manuel d’une sorcière moderne, une lecture inspirante mais surtout ouverte sur la nature, un autre type de poésie murmuré à mon oreille. J’en relis des fois des passages, lorsque je me perds un peu dans moi-même et des mes pensées et que j’ai besoin d’un fil qui me ramène à la surface, pour me concentrer sur mon intérieur.

« A quoi allez-vous occuper votre corps aujourd’hui ? Est-ce qu’il va rire, prendre l’air, se faire dorloter, vibrer, jouir ou courir à la recherche d’un vêtement qui va sublimer votre aura ? Choisissez une activité qui réveille vos sens. »Extrait du livre

Alors je me suis concentrée sur mon flow, mon énergie intérieur, je me suis donnée comme seule tâche : celle de la faire circuler. Se lever le matin avec envie, joyeuse de commencer cette journée, ne pas voir la longue liste de chose qui je devais faire mais choisir de faire ce qui m’éveillait, ce qui me faisait vibrer. Cela est passé par mon petit déjeuner ou mon repas du matin, que des choses dont j’avais envie, la plus part coloré pour amener encore plus d’énergie. C’est ainsi que j’ai mangé mon premier melon de l’année. Je me suis assise devant ma fenêtre, seul petit endroit où je peux à certaines heures profiter directement du soleil et j’ai pris le temps de respirer en adsorbant tout ses rayons. J’ai passé beaucoup de temps à jouer au sims et peu à travailler au final, comme un besoin de mon cerveau de faire le vide des obligations, avec la chance de pouvoir le faire j’en ai bien profiter.
Si je devrais décrire cette semaine en couleur je dirais qu’elle était multicolore, du jaune, du bleu, du rose, du violet, du vert. Souriante, sautillante et bienveillante. J’ai profiter des beaux jours et des température clémente, des couchers du soleil tardifs et de l’espoir des jours d’été pour ressortir mes vêtements d’été, mes préférés, ces matières souple et légère entre mes doigts. J’ai passé beaucoup de temps à faire que des choses qui me faisait plaisir et je l’ai ressenti, cette énergie en moi, ce flow de couleur qui circulait et qui faisait du bien.

 « Laissez-vous silencieusement attirer par l’étrange attraction de ce que vous aimez vraiment. Elle ne pourra pas vous égarer . »Rumi



J’ai été beaucoup moins dure avec moi-même, loin des devoirs de productivité et de créativité que je me mettais toute seule, et loin de toute cette pression, l’envie est revenue toute seule, sans l’attendre au détour d’une matinée douce et lente accompagné d’un sentiment cozy de dimanche pluvieux.

Tel un arc en ciel au milieu de la pluie, je danse sous les gouttes d’eau que je ne peux contrôler. Et je prends le temps, inspirer, expirer, et je regarde par la fenêtre, le coucher du soleil est toujours là.

Laisser un commentaire